Alors que l’ordre des médecins, des infirmiers et celui des pharmaciens viennent de présenter chacun leur rapport annuel sur les violences recensées contre les professionnels, avec des chiffres toujours plus alarmants, le Ministère de la santé et de la prévention dévoile les conclusions de la concertation lancée il y a quelques semaines de cela sur la sécurité des soignants.

——-

C’est un triste constat. Depuis quelques années nous assistons à une montée des agressions et de la violence contre les forces de l’ordre, les pompiers, les professeurs, les professionnels de santé…

Tous les mécanismes d’autocontrôle, de canalisation des pulsions, d’acceptation de la contrainte et de l’autorité s’enrayent. Ils constituent pourtant les fondements de la vie en société et de toute civilisation.

Rapportés aux questions de santé, ces comportements ne sont pas sans incidence.

« Lutter efficacement contre ces agressions revêt un enjeu crucial, à la fois pour la santé des professionnels de santé mais aussi pour l’attractivité des métiers« , rappellent les deux auteurs dans leur rapport. Or, la perte d’attractivité des métiers du soin est susceptible de contribuer à terme à entretenir la raréfaction de l’offre de soins. Les patients en seront donc les premières victimes.

44 mesures déclinées autour de six axes sont aujourd’hui avancées pour lutter contre ces comportements :

  • agir sur les déterminants des violences 
  • acculturer les professionnels 
  • mieux objectiver les faits de violences internes et externes 
  • accompagner et soutenir les victimes 
  • préparer les futurs professionnels 
  • communiquer auprès de tous les acteurs

Parmi ces 44 mesures, 4 d’entre elles ont d’ores et déjà retenu toute l’attention des pouvoirs publics.

Il s’agit du déploiement des dispositifs d’alerte portatifs pour les professionnels isolés, la formation des soignants et du personnel d’accueil à la gestion de l’agressivité éventuelle de leurs interlocuteurs, l’amélioration de la réponse pénale et un meilleur accompagnement des victimes dans leurs démarches judiciaires.

Les ministres François Braun, chargé de la Santé et de la Prévention, et Agnès Firmin-Le Bodo, déléguée à l’Organisation territoriale et aux Professions de santé, précisent que ces mesures proposées viendront alimenter le plan de lutte contre les violences faites aux soignants que le Gouvernement présentera début juillet.

L’URPS des chirurgiens-dentistes d’Ile de France est particulièrement sensible à la protection des soignants. Elle encourage les pouvoirs publics à agir davantage. Les agressions et incivilités ne sont pas une fatalité.

Source : Violences envers les professionnels de santé : remise du rapport sur la sécurité des professionnels de santé à François Braun, ministre de la Santé et de la Prévention, et Agnès Firmin Le Bodo, ministre déléguée chargée de l’Organisation territoriale et des Professions de santé ce jeudi 8 juin – Ministère de la Santé et de la Prévention (sante.gouv.fr)

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *